« Il n’a jamais vu la route 66 »

Le blues de jean jacques

(Sur l’air de « Carcassonne » Brassens)

Je me fais vieux, j’ai 60 ans

J’ai travaillé toute ma vie

Sans avoir, durant tout ce temps

Pu satisfaire mon envie

Depuis ma venue ici-bas

Rien jamais ne me fut propice

Mon vœu ne s’accomplira pas

Je n’ai pas vu la 66

On dit qu’on y voit tous les jours

Des bikers de tous les pays

En Harley sur tous les parcours

Capter l’âme de Saint Louis

Si je pouvais payer comptant

Un vieux bluesman à mon service

Je pourrai mourir content

Avec un billet pour la 66

Le ministre a cent fois raison

C’est des ambitieux que nous sommes

Il disait lors de son élection

Que l’ambition perd les hommes

Si je pouvais trouver pourtant

Dix jours sur la fin du solstice

D’été, que je mourrais content

Après avoir vu la 66

Mon Dieu, mon Dieu, pardonnez-moi

Si ma prière vous offense

On voit toujours plus haut que soi

En vieillesse comme en enfance

Mon fils avec sa Nathalie,

A voyagé jusqu’à Memphis

Mon frère a revu l’Italie

Et je n’ai pas vu la 66

Ainsi parlait, près de chez nous

Jean jaques courbé par l’âge

Je luis dis « ami, levez-vous »

Nous allons faire le voyage

Nous partîmes le lendemain

Mais que le bon Dieu le bénisse

Il mourut à moitié chemin

Il n’a jamais vu la 66