Un antivax Covid 19 résigné

A la manière de Molière Tartuffe

Enfin je vois qu’il faut se résoudre à céder,

Qu’il faut que j’admette à vous tout accorder ;

Bien sûr ; il est fâcheux d’en venir jusque-là,

Et c’est bien malgré moi, que je franchis le pas

Mais puisque l’on s’obstine à vouloir me piquer

Puisqu’on ne veut point croire à tout autre vérité

Je vais la faire cette première dose du vaccin

Et j’irai à regret au centre dès demain

Si ce consentement porte en soi quelque offense,

Tant pis pour qui me force à cette violence ;

On m’a dit qu’en ce lieu vous pouviez me piquer

Et que vous avez des secrets à me révéler :

Oui ; je puis dissiper cette crainte ridicule,

Le vaccin n’a jamais tué les incrédules.

Ouvrez un peu la porte, et voyez, je vous prie,

On se charge de tout, trois piqures et c’est fini

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.