« Il n’a jamais vu la route 66 »

Le blues de jean jacques

(Sur l’air de « Carcassonne » Brassens)

Je me fais vieux, j’ai 60 ans

J’ai travaillé toute ma vie

Sans avoir, durant tout ce temps

Pu satisfaire mon envie

Depuis ma venue ici-bas

Rien jamais ne me fut propice

Mon vœu ne s’accomplira pas

Je n’ai pas vu la 66

On dit qu’on y voit tous les jours

Des bikers de tous les pays

En Harley sur tous les parcours

Capter l’âme de Saint Louis

Si je pouvais payer comptant

Un vieux bluesman à mon service

Je pourrai mourir content

Avec un billet pour la 66

Le ministre a cent fois raison

C’est des ambitieux que nous sommes

Il disait lors de son élection

Que l’ambition perd les hommes

Si je pouvais trouver pourtant

Dix jours sur la fin du solstice

D’été, que je mourrais content

Après avoir vu la 66

Mon Dieu, mon Dieu, pardonnez-moi

Si ma prière vous offense

On voit toujours plus haut que soi

En vieillesse comme en enfance

Mon fils avec sa Nathalie,

A voyagé jusqu’à Memphis

Mon frère a revu l’Italie

Et je n’ai pas vu la 66

Ainsi parlait, près de chez nous

Jean jaques courbé par l’âge

Je luis dis « ami, levez-vous »

Nous allons faire le voyage

Nous partîmes le lendemain

Mais que le bon Dieu le bénisse

Il mourut à moitié chemin

Il n’a jamais vu la 66

Emmanuel Macron

Mes amis étaient là, et je viens de leur dire

Que je me présentais. Il est vrai que j’aspire

A des hautes fonctions au sommet de l’état.

Je suis le mieux placé, et j’en fais le constat,

Pour battre Fillon et Marine l’extrémiste,

Pour faire triompher mon idée réformiste.

J’ai quitté le ministère, car le peuple français

Donnera hors parti les voix de mon succès.

(Adaptation de la tragédie à l’Elysée « Les voraces »)

La courte vie du cycliste Alex Crémant

Pour l’étape d’hier, arriver à CHIAIS avec le peloton était déjà un exploit pour Alex Crémant.

Avec du dopage au Microlax   il aurait pu se glisser dans l’écharpée et terminer à CHIAIS avec le vainqueur mais le dopage ce n’est pas pour Alex, il a toujours été un coureur propre.

Aujourd’hui dernière étape, la plus courte, un contre la montre CHIAIS – PISSEZT

Commencer à CHIAIS et finir à PISSEZT peut se faire très rapidement. D’ailleurs chaque matin, des coureurs amateurs essayent de battre le record du circuit

A CHIAIS, le plus dur c’est le début, une montée en puissance qu’Alex doit entamer avec courage. Il doit  y mette toutes ses tripes. Ensuite il suffira de se laisser glisser pour arriver à PISSEZT sans trop d’effort.

Arrivera-t-il à PISSEZT dans un temps acceptable ? doit-il faire le plein de boissons avant le départ pour éviter la fringale ?

Bientôt le départ, Alex est sur la selle     3- 2 -1 Partez

CHIAIS c’est fait, maintenant il doit prendre les choses en main, il sait qu’il peut arriver à PISSEZT avec les favoris

Hélas un écart dans la trajectoire, la goutte qui fait déborder le vase en quelque sorte, et Alex Crémant fini dans les derniers, dégouté, complétement à sec.

Il aurait pu trôner sur le podium au milieu des pots du décor mais il est là, à l’écart dans les toilettes, accroupi, il n’a plus de jus, pas matière à discuter. Alex Crémant ne sera jamais un champion et restera dans le besoin.

viticulture

A la manière de René de Obaldia dans ses poèmes « Innocentines »

Quand j’ai faim
Je mange du raisin.
Il a un goût chocolat
Et ça me va.

Mamie dit : c’est pas bien
De se nourrir de raisin.
Dans ma chambre j’en ai plein,
J’en mange tous les matins.

Certains  grains sont au lait
Et d’autres aux noisettes.
Une vigne je vais planter
J’en fais qu’à ma tête

 

Don JJ à 62 ans

Le Kid de Corneille
Acte 1951 Scène 62

Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !
N’ai-je donc tant vécu que pour finir ici ?
Et ne suis-je blanchi pendant tant d’années
Que pour voir en ce jour jj sur le canapé.
Mon cerveau qu’avec respect tout stagiaire admire,
Mon cerveau, qui tant de fois vous a fait rire,
Tant de fois étonné par vos pourquoi,
Veut rester actif et préserver son emploi
Ô cruel souvenir de mes formations passées !
Œuvre de tant de jours en retraite effacée !
Mais cette année, étalage de mon bonheur,
Verra encore cheminer votre formateur.

La Chantal et le Siffredi

A la manière de Jean de la Fontaine
La Chantal ayant baisée
Tout l’été
Se trouva toute fourbue
Quand l’acteur apparu.
.
Sur une semaine de boulot,
Pas une heure de repos. 
Elle devait user la pine
De Siffredi. Elle s’imagine
Déjà miner à trop ponter.
Pour me refaire une santé,
Je vous étonnerai, dit-elle
Si vous me laissiez jusqu’à noël.
 « Je ferai tout, foi de Chantal
Devant, derrière, la totale. »
Siffredi n’est pas très joueur
Du report, il n’est pas preneur.
.
Que faisiez-vous à Monaco ?
Dit-il à cette actrice porno.
– Nuit et jour à plein temps.
De la baise, de la baise !
– Vous baisiez ? J’en suis fort aise :
Eh bien ! Pomper maintenant.

La cinquantaine

A la manière de Paul Verlaine dans ses poèmes érotiques "Hombres"

 

La ménopause est passée

Et la fleur s’est asséchée

Mais la verge obstinée

En dehors ne veut rester

 

Utilisons un gel lubrifiant,

Une noisette délicatement

Déposée au bord du jardin

Facilite l’entrée de l’engin

 

Quel plaisir enfin de coulisser

Dans ce fourreau humidifié

Surtout si la saccade survient

Dans un orgasme commun

Pourquoi le poulet veut traverser la route ?

Au tribunal plaide l’avocat général :

– Messieurs les jurés regardez ce poulet. Il s’est échappé en traversant la route de la ferme de ses maîtres, il sait pourtant qu’il doit comme tout poulet suivre sa peine dans les poulaillers avec ses congénères. Le rôle du poulet n’est-il pas de nourrir les hommes ? Or notre poulet est à sa troisième tentative de fuite. Aussi pour ce récidiviste, je demande une peine exemplaire.

Me Coquovain, l’avocat de la défense se lève alors :

– Messieurs les jurés, je réclame votre indulgence… Il a vu tué son père et sa mère. N’oubliez pas que ce poulet est orphelin !